à la recherche des vins blancs doux disparus de Clairac en Agenais – Recherche menée par Franck Bourguet, étudiant en master recherche à l’université Bordeaux Montaigne

Le vignoble de Clairac au XVIIIe siècle ou la figure de proue d’une viticulture de qualité en basse vallée du Lot ?

            Aujourd’hui, le vignoble de Clairac a disparu. Or, il s’était établi une solide réputation au cours du XVIIIe siècle, essentiellement par la production de vins blancs doux. Ce vignoble de Clairac est éponyme de la ville abritant une jurade et régissant les droits et coutumes sur son terroir. Situé à mi­-chemin entre Cahors et Bordeaux, dans l’actuel département du Lot‑et‑Garonne (Fig. 1), Clairac est un pôle urbain d’environ 6 500 habitants en 1720 et occupe une place prépondérante au sein d’un ensemble de paroisses rurales correspondant à une circonscription fiscale. Cette petite ville est installée sur la rive droite du Lot à quelques kilomètres de la zone de confluence avec la Garonne (Fig. 2),ce qui la place dans l’élection d’Agen, au cœur de la généralité de Guyenne alors qu’au regard de la géographie vitivinicole nous sommes en Haut‑Pays. Ce terme désigne une zone de production intermédiaire englobant les territoires des bassins versants de la Dordogne et de la Garonne. Néanmoins, le vignoble de Clairac reste pleinement intégré au bassin d’approvisionnement de Bordeaux en vins. Cette appartenance à l’hinterland bordelais est attestée dès le XIIIe siècle et demeure jusqu’au XVIIIe siècle. Toutefois, le privilège garantissant la primauté des ventes pour les vins de la sénéchaussée de Bordeaux handicape le commerce de ceux produits au-delà de Saint‑Macaire. En effet, il empêche l’entrée des vins de Haut-Pays à Bordeaux jusqu’à Noël pour en laisser la primeur à ceux de la sénéchaussée bordelaise privilégiée. Cette règle établie résulte d’une construction historique et juridique qui ne devient caduque, sauf rare exception, qu’avec l’abolition des privilèges en 1789.   

Le vignoble de Clairac en Aquitaine au XVIIIe siècle

            Pourtant, à Clairac au XVIIIe siècle, sont produits des vins de qualité qui s’exportent. Parmi les éléments structurants communs à plusieurs vignobles modernes produisant des vins de qualité, la proximité avec des axes de communication qui autorisent le transport de pondéreux est une composante indispensable. La voie d’eau navigable, le Lot dans le cas présent, s’impose comme le garant de la pérennité des échanges commerciaux avec Bordeaux puis l’Europe du Nord, facilitant l’intégration des vins de Clairac à l’économie de marché. Par ailleurs, le fleuve favorise un microclimat doux et humide concourant à la formation de brumes automnales propices au développement du Botrytis cinerea. La présence de ce champignon responsable de l’apparition de pourriture noble sur les grappes est primordiale dans le processus de production des vins liquoreux. Ajoutées aux coteaux argilo‑calcaires d’exposition certes variables mais aux caractéristiques pédologiques intéressantes, ces dispositions naturelles forment un ensemble de conditions bénéfiques au développement de la vigne en Clairacais. (Fig. 3). L’encépagement du vignoble quant à lui est tout aussi important que les éléments relevant du milieu naturel. Un dénombrement de nature ampélographique effectué en 1784 par le subdélégué Belloc de Gauzelle ne recense pas moins de 44 cépages. Cette source, rare pour la période, est riche d’informations déterminantes sur la nature des productions envisagées tout au long du XVIIIe siècle. C’est en additionnant à tous ces éléments une incontestable émulation agronomique dont les élites locales sont le fer de lance, que les premières clés de compréhension indispensables à une analyse plus approfondie se dessinent.

Clairac, à la confluence du Lot et de la Garonne

            Cette étude de master de recherche, encore en cours, du Clairacais viticole moderne s’articule autour de trois axes principaux. L’application du concept de terroir au vignoble de Clairac et les mécanismes concourant à sa construction posent un premier jalon. ­À cela, s’ajoute un intérêt tout particulier porté à la dimension foncière regroupant entre autres l’emprise de la vigne sur le territoire mais aussi les différents flux de capitaux engagés, par qui et dans quel but ? Les nombreux circuits de commercialisation, la valorisation des vins ainsi que la fabrication et la mesure de la réputation dont ils jouissent, sont autant d’éléments intéressants. Sur ce dernier point, l’observation d’André Jullien en 1816 permet une première mise en perspective sur le XVIIIe siècle écoulé tout en esquissant quelques qualités organoleptiques : « Les vins blancs de Clairac sont doux et fins ; ils ont une sève agréable et un très-joli bouquet. Ceux-ci sont plus ou moins liquoreux, […] on en fait un grand commerce à Bordeaux ». Il est par ailleurs attesté que les vins doux de Clairac, à l’époque moderne, sont estimés au-delà des frontières du royaume notamment en Hollande esquissant ainsi les contours de la notoriété internationale de cet espace de production régional. Parmi les différents produits vitivinicoles présents, les vins doux et liquoreux, qu’ils soient blancs ou rouges, sont des marchandises à forte valeur ajoutée. Au XVIIIe siècle, ceux de Clairac peuvent même être considérés comme faisant partie de la tête de pont d’une viticulture agenaise de qualité sans pour autant que leur genèse soit encore pleinement établie.

            Le corpus de sources mobilisé lors des recherches se révèle très varié et comprend entre autres des registres notariés, des écrits du for privé notamment des correspondances et livres de raison ainsi que de nombreux documents produits par l’administration. Parmi la pléthore de travaux se réclamant au sens large de l’histoire de la vigne et du vin, des singularités clairacaises révélées par la convergence de plusieurs niveaux d’analyse, méritent d’être mises en lumière. L’élément le plus remarquable désigne le vignoble de Clairac comme un îlot de production ayant la viticulture comme activité principale au XVIIIe siècle au milieu d’une zone de production agricole qui perçoit uniquement cette activité comme un complément de revenus. La surface viticole considérée est d’environ 1600 hectares dans le premier quart du XVIIIsiècle avec une aire de production qui est amenée à doubler en moins d’une cinquantaine d’années. En considérant comme intermédiaire l’aire de production de ce territoire à vocation viticole, cela offre une focale originale qui s’insère entre les grands espaces de production envisagés comme le cadre de nombreux travaux depuis les années 1950 et les « petits vignobles » reconsidérés que très récemment par l’historiographie. Les éléments recueillis jusqu’alors ainsi que ceux qui sont à venir ont donc vocation, toute proportion gardée, à enrichir les connaissances existantes sur le vignoble de Clairac tout en offrant des points de comparaison avec des travaux effectués sur d’autres vignobles aquitains produisant des vins liquoreux comme à Bergerac ou en Sauternais ainsi qu’avec des espaces viticoles géographiquement proches tels que le vignoble de Cahors plus en amont sur le Lot.  

            Outre le fait que l’intérêt porté à une production tombée dans l’oubli s’avère être un élément moteur, le Clairacais viticole comme objet historique donne la possibilité d’aborder plusieurs aspects d’un même vignoble. Il s’agit de mettre au jour la diversité des productions présentes, de préciser l’importance de l’emprise viticole sur le foncier afin de mieux évaluer la prégnance de la vigne sur le territoire. De surcroît, les sociabilités tournant autour des activités vitivinicoles au niveau local apparaissent tout aussi pertinentes pour mieux saisir les enjeux qu’elles cristallisent. Quant à la variation des échelles, elle doit permettre de définir le Clairacais comme une entité à part entière ancrée dans la réalité historique du XVIIIe siècle et prenant part à tout un pan de l’économie rurale de la basse vallée du Lot ainsi qu’à une logique d’économie de marché.     

            • Figures

Fig. 1 : Carte du bassin d’approvisionnement de Bordeaux en vins à la fin du Moyen Âge

D’après LAVAUD Sandrine, « Vignobles et vins de l’Aquitaine médiévale ». Aquitaine Historique, Hors-série n°1 Des siècles et des vignes en Bordelais, avril 2020. p. 50.

– Fig. 2 : Plan de Clairac et son vignoble suburbain en 1755 levé par M. de Fabert officier au régiment d’Harcourt

Arch. Dép. Lot-et-Garonne 1 Mi 98 (support microfilm) 

Fig. 3 : Clairac et ses coteaux vus depuis la commune actuelle de Laparade

Source personnelle à partir d’une capture d’écran Google earth pro extension geo_1000.kml

            • Bibliographie indicative

  • DEFFONTAINES Pierre, Les hommes et leurs travaux dans les pays de la moyenne Garonne (Agenais, Bas-Quercy). Lille, 1932.
  • FIGEAC-MONTHUS, Marguerite. « Clairac et Sauternes : étude comparée de deux vignobles aux XVIIIe et XIXe siècles ». In : Le bon vin. Entre terroir, savoir-faire et savoir boire. Actualité de la pensée de Roger Dion, CNRS Éditions. Paris, 2010.
  • MARTIN Claude, POUSSOU Jean-Pierre, « Les structures foncières et sociales du vignoble de Clairac en 1767 ». Acte du 20e Congrès d’études régionales tenu à Bordeaux les 17, 18 et 19 novembre 1967, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1970.
  • POUSSOU Jean-Pierre, « La production et le commerce des vins du « Haut Pays » d’Agenais au XVIIIe siècle », In : Vignobles, vins et vignerons de Saint-Émilion et d’ailleurs, Actes du 52e Congrès de la Fédération Historique du Sud-Ouest tenu à Saint-Émilion le 19 septembre 1999, Bordeaux, MSHA, 2000. 

            • Biographie de l’auteur

BOURGUET Franck est étudiant à l’université Bordeaux Montaigne en Master 2 d’Histoire moderne et contemporaine, parcours Développement, Innovation et Environnement (2021 – 2022). Sous la direction de Stéphanie LACHAUD il réalise actuellement un mémoire sur « Le Clairacais viticole au XVIIIe siècle ».    


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.