Liquoreux d’Aquitaine et d’ailleurs

Liquoreux d’Aquitaine et d’ailleurs : Enjeux patrimoniaux, Usages et notoriété des vins, sous la direction de L.Jalabert et S.Lachaud
L’originalité de cette étude réside dans le croisement des analyses en sciences humaines et sociales et en œnologie. Un ouvrage qui nous permet de mieux saisir l’évolution des vins, la construction d’un savoir-faire technique et sa transmission, la commercialisation et la réputation des liquoreux, contribuant à façonner un patrimoine matériel et immatériel des espaces producteurs qui participe à la notoriété nationale et internationale des produits des terroirs de la région Nouvelle Aquitaine.

https://www.editions-cairn.fr/vin-et-gastronomie/2070-liquoreux-d-aquitaine-et-d-ailleurs-9791070061824.html

vin et architecture. patrimoine bâti et identité viticole

lien zoom pour suivre le séminaire : https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/82104426764

Séminaire de recherche Université Bordeaux Montaigne

Mercredi 11 mai de 10h30 à 12h30 à la Maison de la Recherche, salle 1.
Discussion et présentation des travaux de recherche autour de la thématique du patrimoine bâti viticole avec :
– Dominique Ganibenc, docteur en histoire de l’art contemporain, qui vient de publier une thèse sur L’architecture viticole dans le Midi de la France : https://www.univ-montp3.fr/fr/communiques/vin-et-architecture-dans-lancien-languedoc-roussillon-des-ch%C3%A2teaux-aux
– Valentin Taveau, docteur en histoire contemporaine qui vient de soutenir sa thèse sur la maison Ackerman de Samur : https://www.univ-angers.fr/fr/recherche/doctorat/soutenances-de-theses/les-soutenances/valentin-taveau.html

Présence libre sans inscription.

Les mots du commerce de la vigne et du vin – Appel à contributions – Journée d’études du 13 septembre 2022

Un chai des Chartrons à Bordeaux par Jean Pallières au milieu du XVIIIe siècle

Journée d’études – Framespa – CEMMC

Sylvie Vabre – Stéphanie Lachaud

13 septembre 2022

Un dictionnaire historique des mots du commerce

Consommation, clientèle, surchoix, shopping, rétro-commissions… Dès le XVIIe siècle et tout au long des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, le développement du commerce s’est enrichi de mots pour désigner les comportements observés, les produits en concurrence mais aussi les consommations et des lieux de commerce inconnus jusque-là. Ainsi, la révolution matérielle se lit dans le bouillonnement de la création de nouveaux mots ou de nouvelles expressions où même dans la transformation radicale de mots existants… À côté des crémeries ou drogueries du début du XIXe siècle, qui ne sont en rien les magasins que l’on connait aujourd’hui, naissent de nouveaux commerces alors que d’autres disparaissent.  Ce monde neuf s’organise en filières, créatrices elles‑aussi. Bref, la mesure de cette grande transformation se lit à l’aune du vocabulaire.

Imaginer un Dictionnaire historique des mots du commerce constitue un projet de recherche neuf tant sur le plan historiographique que sur le plan méthodologique. Pour autant, les dictionnaires sont des ouvrages d’un usage large dès le XVIIIe siècle et leur succès et multiplication accompagnent autant qu’ils donnent à lire les transformations que nous cherchons à mettre en valeur.

Il s’agira d’abord de définir une méthodologie afin de tracer les cadres et dynamiques d’un Dictionnaire historique des mots du commerce. Réaliser des journées d’études par secteurs d’activités est privilégié afin d’identifier des termes spécifiques ou doués d’ubiquité. Ensuite, leur chronologie, hiérarchie, usages et transformations, devront être mis en lumière. Dans un second temps, le repérage des évolutions, des contrastes, des créations et des circulations dans différents secteurs d’activité seront identifiés. Est-ce que les secteurs du charbon ou du gaz sont situés en marge du mouvement de création ou transformation du vocabulaire ou y participent‑ils pleinement ? Ces deux secteurs, piliers des transformations industrielles, s’adressent aussi aux consommateurs comme l’ont montré les études menées ces trente dernières années (par exemple Williot 1999, Sougy 2008, Mathis 2021), les énergies nouvelles sont porteuses d’usages révélés par un vocabulaire inconnu auparavant. Ces repères préalables permettront de distinguer un rythme global et spécifique mais aideront aussi à établir, autant faire se peut, une chronologie des filières qui connaissent une plus grande transformation ou au contraire, des phénomènes plus lents.

L’accent sera mis sur les mots les plus partagés, qui se retrouvent au cœur des transactions commerciales, qu’ils relèvent des techniques de production, des modalités de vente ou du vocabulaire descriptif des objets échangés. Ceci nous amènera à historiser l’usage des mots, leur signification et leur circulation entre sphères de la production et de la consommation, mais aussi entre produits. Par ailleurs, il est clairement nécessaire de concilier, dans une perspective croisée, petit et grand commerce et non pas d’envisager uniquement les règles et les conditions de l’échange selon le prisme de la réglementation et le jeu des acteurs dominants du marché. À cette fin, nous prévoyons d’accompagner les notices de synthèses thématiques autour de concepts structurants. Une partie sur les dictionnaires des mots du commerce publiés aux époques moderne et contemporaine pourrait être l’une des premières étapes.

Ce projet à la fois très ambitieux scientifiquement et modeste dans sa réalisation sera mis à l’épreuve lors d’une journée d’étude sur les mots du commerce de la vigne et du vin en septembre 2022.

Les mots du commerce de la vigne et du vin

Les mots du commerce de la vigne et du vin constituent une porte d’entrée essentielle pour la connaissance de l’économie historique des produits, tant pour leurs propriétés techniques et gustatives que pour ce qui est considéré comme un bon échange. L’étude du vocabulaire destiné à décrire et à vendre permet d’entrer dans deux champs d’analyse de la construction de l’identité des produits : la qualité et les représentations. En effet, nous proposons de mener une réflexion pluridisciplinaire autour de ce projet lors d’une journée d’étude exploratoire. L’idée est de travailler à partir des mots du commerce de la vigne et du vin pour préciser la méthodologie de travail : la confrontation des mots (voir la liste – non exhaustive – plus bas) permettra de définir des secteurs d’activités, proposer une chronologie, avant d’élargir ensuite le propos à d’autres champs du commerce.

Partir du thème des mots du commerce de la vigne et du vin permettra bien de réfléchir au positionnement historiographique de la démarche entreprise par rapport à ce qui a pu être écrit, notamment ici par Gilbert Garrier dans son Histoire sociale et culturelle du Vin avec son « inventaire historique » – selon sa propre expression – intitulé Les mots de la vigne et du vin. Dans son avant‑propos, l’auteur a considéré avoir mené à bien ici « plus qu’un glossaire et moins qu’un dictionnaire » en conduisant le lecteur à partir de grandes entrées thématiques de vigne en vins : cépages, viticulture, vendanges et vinification, tonneaux et bouteilles, négoce, réglementation, couleurs, arômes et saveurs, plaisirs, ivresse, hommes et femmes du vin, vins disparus, méconnus et reconnus. Plutôt qu’une simple actualisation de ces propositions, il s’agirait de proposer de nouvelles entrées inédites comme « privilège », « emballages », « bouteilles », « consigne des bouteilles », « modération », « santé » par exemple, mais aussi une réflexion générale sur les mots du commerce : « qualité », « conservation », « détail », « confiance », « publicité », « promotion »… Ce premier temps de travail de septembre 2022 sur les mots du commerce de la vigne et du vin pourraient alors servir de terrain d’expérimentation des éléments structurants de ce projet de Dictionnaire historique des mots du commerce

            Nous attendons des propositions de communication autour de mots clefs qui alimenteront la réflexion au cours de la journée d’étude et serviront ensuite à la structuration de l’ouvrage envisagé. Les interventions dureront environ 25 minutes, une discussion suivra. Les propositions sont à faire à stéphanie.lachaud@u-bordeaux-montaigne et à sylvie.vabre@univ-tlse.fr avant le 10 juin 2022. Nous vous ferons un retour au plus tard le 1 juillet.

            Cette journée d’étude se tiendra le mardi 13 septembre 2022 à l’université Toulouse Jean Jaurès. Les laboratoires Framespa et le programme Liquoreux d’Aquitaine porté par le CEMMC prendront en charge une nuitée ainsi que la pause déjeuner. Les déplacements seront à la charge des communicants.


La fabrique des réputations – Réputation et marché

L’histoire de la réputation des produits, de l’origine et des marques offre un éclairage original sur les transformations de l’économie, le comportement des consommateurs et l’histoire des marchandises.

Ouvrage dirigé par Stefano Magagnoli (Université de Parme) et Philippe Meyzie (Université Bordeaux Montaigne).

 

Vignoble de Buzet

Sciences Ouvertes, le podcast de la Recherche à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour cover

Dans ce premier épisode, Sciences Ouvertes se penche sur l’histoire des petits vignobles, dont celui de Buzet dans le Lot-et-Garonne, qui fait l’objet de travaux de recherche du laboratoire ITEM, Identitiés, territoires et mobilités depuis 2014. 

Pierre Philippe, directeur général de la coopérative des vignerons de Buzet , Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine et directeur du laboratoire ITEM et Pierre Courroux, chercheur et spécialiste de l’Albret, reviennent sur cette collaboration fructueuse pour l’entreprise.

Musiques : Technology trap (tunepocket.com) et Medieval theme 022020, Martin Dombrowa. 

https://podcast.ausha.co/sciences-ouvertes/d-histoire-et-de-vin-le-petit-vignoble-de-buzet

Vigne, vin et mascarons. Fortune locale d’un motif décoratif dans le bordeaux du XVIIIe siècle – Par Franck Bourguet

Photographies Franck Bourguet

Quand les masques se démasquent, la pierre devient chair ! C’est au détour d’une balade en centre-ville que vous aurez le plus de chance de faire la connaissance des mascarons, ce peuple de pierre assimilé au paysage urbain bordelais. Certains en font des héritiers de l’Antiquité, époque où les visages sculptés abondaient et servaient de décor à la vie quotidienne. D’autres y voient la continuité de l’univers chimérique médiéval, de ses gargouilles et têtes grotesques aux faciès grimaçants. S’il est possible de relier l’étymologie du terme mascaron à l’arabe mascara qui signifie bouffonnerie, c’est en Italie, à la Renaissance, quela notoriété du mascaron dit mascheronecommence à s’affirmer. L’apparition discrète de ces motifs décoratifs et symboliques sur la rive gauche de la Garonne au XVIe siècle tranche avec le véritable engouement qui va suivre. Aujourd’hui, Bordeaux est une des villes qui possède le plus de mascarons en France avec environ 3000 exemplaires recensés. Ces sculptures définies en 1691 par Charles d’Aviler comme « une tête chargée ou ridicule, faites à fantaisie, comme une grimace, qu’on met aux portes » poussent à scruter plus attentivement les façades bordelaises. En effet, les mascarons trouvent leur place tantôt le long d’une corniche, sur un linteau, le fronton d’une entrée ou d’une fenêtre décorant les maisons nobles ou bourgeoises ainsi que les bâtiments publics. Bordeaux est intimement lié à son arrière-pays et aux activités vitivinicoles qui y sont pratiquées. Il n’est donc pas rare de trouver des mascarons se référant au monde du vin. La culture de la vigne, production d’abord rurale s’imprime dans le paysage urbain en se servant entre autres des mascarons comme marqueurs. Ces motifs décoratifs concourent à forger l’identité viticole et culturelle de Bordeaux tout en apportant une plus-value à la fois symbolique mais aussi matérielle. Ces témoignages du passé contribuent au charme de la ville, ils égayent les avenues tout en offrant encore de nos jours un divertissement aux passants.  

Au XVIIIe siècle, les visages de pierre se répandent partout. C’est une mode qui tend à s’imposer comme un ingrédient à part entière du classicisme français. Le modèle canonique du mascaron est codifié par l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), adapté et enrichi à Bordeaux par son neveu Jacques Gabriel (1667-1742). Même si elles fleurissent en nombre depuis les rues de la vieille ville jusqu’aux quais des Chartrons, ces créatures ont aussi leurs détracteurs. L’architecte François Blondel vers 1750 les réduit à « une multitude de décors dont les hommes sans doctrine surchargent leurs productions ». Le mascaron endosse alors, peut-être malgré lui, un rôle important dans l’éternel débat autour de l’ornement qui a lieu tout au long de l’époque classique. D’après un mémoire du sculpteur Jacques Verbeckt (1704-1771), les mascarons doivent représenter des « testes de diverses divinités ». En effet, au sein du peuple de pierre se trouve une sur-représentation d’allégories se rapportant à la mythologie à l’image des portraits de Bacchus (fig. 1. Bacchus 56 rue du Mirail).

Figure 1-Bacchus, 56 rue du Mirail – Photographie Franck Bourguet

Lorsqu’il s’agit de mascarons en lien avec l’univers vitivinicole, ce sont presque systématiquement des représentations du dieu du vin, de l’ivresse et de la fête qui s’offrent à nous (fig. 2. Deux Bacchus place de la Bourse à l’angle de la rue Saint-Rémi réalisés par Claude Francin). Les références mythologiques donnent leur dimension symbolique aux visages sculptés. Pareillement à n’importe quelle divinité, on prête à Bacchus toutes sortes d’apparences physiques selon le goût de l’artiste ou de son mécène. Par conséquent, comme le précise l’historien de l’art Jacques Sargos « la signification d’une figure ne se déchiffre qu’en rapport avec les accessoires sculptés sur son cartouche ». Ainsi, la distinction de Bacchus se fait à l’aide de la couronne de pampres de vignes qu’il arbore, parfois parsemée de grappes de raisins et dans certains cas, de cornes d’abondance ainsi que du thyrse qu’il a en main.

Figure 2-Deux Bacchus place de la Bourse à l’angle de la rue Saint-Rémi réalisés par Claude Francin – Photographie Franck Bourguet

Doit-on pour autant considérer que la présence de mascarons représentant Bacchus et de motifs décoratifs en lien avec la vigne et le vin, signalent obligatoirement la demeure d’un négociant en vins ? Si la réponse est parfois sans équivoque (fig. 3. Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie) où nous pouvons observer la représentation de barriques, d’un tastevin ainsi que des pampres, ce n’est pas une règle établie.  

Figure 3-Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie – Photographie Franck Bourguet

Les marchands et négociants privilégient parfois d’autres motifs comme des allégories de Neptune dieu de la mer, de Mercure dieu du commerce et patron des voyageurs en y ajoutant, çà et là, des bourses débordant d’écus pour montrer toute l’étendue de leur réussite. Néanmoins, l’empreinte du vignoble bordelais en ville reste marquante, avec des ornements ayant une fonction purement esthétique, sans symbolique particulière si ce n’est le renvoi à l’arrière-pays viticole. En effet, les motifs représentant des grappes de raisins sculptées sur la pierre parsèment de nombreuses façades (fig. 4. 26 Allées de Tourny).

Figure 4-Grappes de raisin, 26 allées de Tourny – Photographie Franck Bourguet

Outre le côté esthétique et les renvois à des références mythologiques, la présence de mascarons et de décors en frontispice permet une distinction sociale. L’appel à des architectes et des ouvriers spécialisés est une entreprise onéreuse qui n’est pas accessible à toutes les bourses. Si le mascaron peut évoquer la réussite et la prospérité, il semble qu’on puisse également lui imputer une dimension politique. Celle-ci est incarnée par la présence de rappels au monde vitivinicole sur les chantiers d’envergure décidés par les différents intendants qui se sont succédés. Chacun a voulu à sa manière laisser son empreinte sur la ville par des aménagements urbains. On retrouve alors des mascarons de Bacchus surmontés de grappes de raisins sur la place de la Bourse, commandée par Boucher pour accueillir une statue équestre de Louis XIV, ou sur les allées de Tourny aménagées selon les projets de l’intendant du même nom. Cela démontre, s’il en était encore besoin, la marque très importante de la vigne et du vin sur la ville outrepassant même la fonction simplement culturelle et symbolique pour tendre vers le politique.  

Bordeaux regorge d’un riche patrimoine au sein duquel les références à la vigne et au vin, mises en exergue par les travaux de l’historien de l’art Jacques Zacharie, sont nombreuses et les mascarons y figurent en bonne place : « ouvrez les yeux, le vin se voit ».  Ces représentations sont le socle vivant de témoignages du passé gravés dans la pierre et incorporés à la vie quotidienne. Gardons toutefois à l’esprit que les mascarons peuvent aussi mourir. Le calcaire poreux, support tendre souvent plébiscité par les outils du sculpteur, subit de plein fouet les stigmates du temps se posant ainsi en ennemi de la pérennité. Hormis d’anonymes dégradations, certains visages ont été absorbés, dissous par la ville et ses métamorphoses incessantes. Au sortir du XVIIIe siècle, la rigueur néoclassique ostracise peu à peu ce peuple de pierre sous prétexte qu’il ne répond pas aux canons artistiques du courant dominant. Malgré une résurrection dans la seconde moitié du XIXe siècle, à la faveur d’une bourgeoisie marchande nostalgique du siècle d’or bordelais, (fig. 5 Château Descas 3 Quai de la Paludate) la « folie du mascaron » fut définitivement emportée, à l’ombre des édifices de béton, par la modernité.       

Figure 5-Château Descas, 3 quai de Paludate – Photographie Franck Bourguet
Figure 6-Localisation des mascarons repérés – Réalisation Franck Bourguet à partir de Géoportail

Bibliographie :

DAMESTOY Jean, Mascarons. Bordeaux du XVIe au XVIIIe siècle, Bordeaux, Mollat,1997.

FIGEAC-MONTHUS Marguerite, LACHAUD Stéphanie, Ville & Vin en France et en Europe du XVe siècle à nos jours, La Crèche, La Geste, 2021.

ROSENBERG Jean-Louis, Mascarons de Bordeaux. Les veilleurs de pierres, Pau, Édition Cairn, 2008.

SARGOS Jacques, Bordeaux, Chef-d’œuvre classique, Bordeaux, L’horizon chimérique, 2009.

L’auteur de ce billet :

Franck Bourguet est fils de viticulteur, étudiant à l’université Bordeaux Montaigne en Master 2 d’histoire moderne et contemporaine, dans le parcours Développement, Innovation et Environnement (2021-2022). Sous la direction de Stéphanie Lachaud, il réalise actuellement un mémoire sur « Le Clairacais viticole au XVIIIe siècle ». État des lieux de ses recherches en cours dans un précédent billet de ce carnet. Développement, patrimoine et réputation des vins blancs doux et liquoreux : « À la recherche des vins blancs doux disparus de Clairac en Agenais », https://liquoreux.hypotheses.org/354

Réputation des vins et des produits – Philippe Meyzie

“Réputation des produits d’origine en France (XVIIe-XIXe siècles) : vins, jambons, pâtés et autres fromages” – Mercredi 24 novembre 2021 par Philippe Meyzie

Informations complémentaires pour se rendre à la conférence ou la suivre en ligne :
En présentiel : tenue de la conférence dans l’amphithéâtre Drouot de la Factulté Chabot Charny, rue Chabot-Charny dans le centre ville de Dijon. Un pass sanitaire vous sera demandé à l’entrée
En ligne : via TEAMS à partir du lien suivant : https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3ameeting_MzU5MWM5ODMtNjM0OS00YmNjLWE4ZTQtOTcyNjM4ZDQzZWU4%40thread.v2/0?context=%7b%22Tid%22%3a%222fa58faf-7eb1-48b9-9964-a92659d1c5b8%22%2c%22Oid%22%3a%2229b6d298-2353-4961-a15a-35ffbbd89623%22%7dµ
Pour les personnes ne possèdant pas TEAMS, il est tout à fait possible de se connecter à partir de ce lien mais, dans ce cas, et pour un bon fonctionnement, il vous est conseillé d’utiliser le navigateur Google Chrome. 

Vin et architecture par dominique Ganibenc

Vin et architecture dans l’ancien Languedoc-Roussillon recense, analyse et s’interroge sur la création et le devenir du patrimoine vitivinicole de la région, construit depuis les années 1860. Patrimoine bâti composé d’une grande variété d’expressions qui va de la maison vigneronne à l’hôtel particulier, de la cave de village au bâtiment coopératif, et du mas au château viticole, le corpus s’enrichit également de paysages caractéristiques. Cet ensemble de représentations exprime la palette sociétale des possédants qui va du petit vigneron au propriétaire de grand domaine.

Le premier tome : De la genèse aux maîtres d’œuvre aborde la présence de la viticulture régionale depuis l’appréhension du substrat jusqu’à une connaissance approfondie des terroirs. Il fait part des crises qui atteignent le monde viticole et de son développement binaire qui en découle avec la présence de vignerons indépendants et de coopérateurs. Les organismes et associations qui ont pris part à cette épopée : syndicats, Crédit Agricole, Services Agricoles, Génie rural sont traités ainsi que les maîtres d’œuvre et les décorateurs qui bénéficient d’un recensement et du dénombrement de leurs réalisations. 

Le deuxième tome : Typologie, architecture, patrimoine et œnotourisme analyse en premier lieu les divers sites, tant privés que coopératifs, de l’industrie vinicole à travers la typologie et les éléments constitutifs. L’application des styles architecturaux sur les diverses constructions (privées et coopératives) du monde vitivinicole ainsi que la démarche des principaux maîtres d’œuvre conduit au questionnement des apports et des rapports architecturaux avec le bâti existant auquel elles sont confrontées. 

Enfin, l’ouvrage aborde la reconnaissance du patrimoine vitivinicole en évoquant les organismes de protection, les diverses réalisations, bâties ou paysagères (maisons vigneronnes, chais, châteaux viticoles, coopératives, vignobles de coteaux, de plaine, du littoral). Il fait part de sa place dans l’œnotourisme, et des menaces qui pèsent sur lui : montée des eaux induit par le réchauffement de la planète, extension des villes, rétraction du vignoble qui engendre la désaffectation de nombreuses unités.

Dominique Ganibenc, Vin et architecture dans l’ancien Languedoc-Roussillon, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2021, 2 tomes, 854 pages.

Dominique Ganibenc est docteur en Histoire de l’art contemporain, spécialiste de l’architecture et du patrimoine vitivinicole français. Il travaille actuellement à la réalisation d’un ouvrage portant sur l’architecture vinicole en Gironde au XXe siècle.

On va déguster : “Le renouveau des liquoreux”

Dimanche 14 novembre 2021, l’émission de France Inter “On va déguster” s’intéresse au renouveau des vins liquoreux. Vigneronnes, vignerons, cuisinières et cuisiniers, critiques, tous évoquent la renaissance des vins doux et sucrés :

https://www.franceinter.fr/emissions/on-va-deguster/on-va-deguster-du-dimanche-14-novembre-2021

Avec la chronique vin de Jérôme Gagnez :

https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-vin/la-chronique-vin-du-dimanche-14-novembre-2021

Et les recettes de cuisine de Manon Fleury :

https://www.franceinter.fr/vie-quotidienne/sauce-de-fin-de-bouteille

Développement, patrimoine et réputation des vins blancs doux et liquoreux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search