Le tourisme œno-gastronomique, levier du développement des territoires

Colloque international, avec la Chaire Unesco “Culture et Traditions du Vin”, 25-26 novembre 2021 à Dijon

Avec la participation de Slanie de Pontac, Présidente du Conseil des Crus Classés de Sauternes et Barsac : “Le développement œnotouristique des Grands Crus Classés de Sauternes et Barsac en 1855”

Cinq idées reçues sur le sauternes

Retour sur un article du 4 octobre dernier. S’il a le mérite de revenir sur des idées reçues et de les chasser, ce papier manque un peu d’actualité pour les points 4 et 5. En effet, au Château Lafaurie-Peyraguey, cela fait plusieurs années que le sauternes est servi en cocktail dans ce restaurant étoilé. La question fait débat dans l’appellation ce qui, en creux, montre l’attachement des acteurs à la problématique du devenir de ce vin. Enfin, le point 5 est assez fantaisiste car à Sauternes on vient d’inaugurer un jumelage avec Tokay (Hongrie) au cours de l’année 2021, preuve que ce vin n’a jamais été ni ne sera jamais le seul grand liquoreux. C’est d’ailleurs en s’associant que ces vins participeront à renouveler leur réputation à l’échelle internationale. Ci-dessous l’article en question.

Chronique dans Le Monde du 4 octobre 2021

Ophélie Neiman

Une robe d’or cantonnée aux repas de fête, une consommation en chute libre… Pour contrer le désamour dont il est l’objet, le breuvage liquoreux se met au régime sec.

1. C’est pour le foie gras

Ce conseil est la cage dorée du sauternes. Il y avait, au départ, une certaine fierté de l’appellation à avoir réussi à implanter cet automatisme dans la tête des Français. Repas de Noël, réveillon de la Saint-Sylvestre, des occasions de bien s’habiller, d’étaler la jolie nappe et de poser dessus des « produits nobles » (donc chers, surtout à cette période). Inviter le sauternes à cette table, voilà une façon d’ancrer le vin dans le chic. Et de l’y enfermer pour de bon. Est-ce que le sauternes-foie gras reste un bon accord ? Oui, même s’il est fort envahissant dans la bouche. Le problème n’est pas là. Il se niche dans la méconnaissance des possibles. Le sauternes a une foule d’alliés : un tajine de poulet aux fruits secs, un canard à l’orange, une pintade aux raisins. Un bœuf façon thaïlandaise, pimenté plus plus. Des fromages à pâte persillée (roquefort, bleu, stilton). Les tartes aux fruits. Et plus simplement : un poulet rôti à la peau croustillante, des pâtes aux champignons. Voire… rien. Juste un verre pour remplacer le dessert, en somme juste vous et lui. C’est peut-être l’accord le plus sûr.

2. C’est un vin cher

Tout dépend du point de vue. Rares sont les sauternes à moins de 15 euros, le prix tourne généralement autour de 20 euros la bouteille. En cela, oui, c’est cher. Pourtant, nombre de propriétés peinent à rentrer dans leurs frais. Car en fait, ce n’est pas cher pour ce que c’est.

Les raisins sélectionnés pour produire le sauternes, en partie desséchés, contiennent moins d’eau que les raisins cueillis pour les vins secs. Il faut environ trois fois plus de raisins pour produire une bouteille de sauternes que pour une de bordeaux rouge. De plus, les vendanges s’étalent sur plusieurs semaines, avec des passages successifs dans les rangs de vigne. C’est plus coûteux à la production donc, logiquement, plus cher à la vente.

Ensuite, le sauternes traverse une crise inédite. Les prix n’augmentent pas, contrairement à la plupart des vins. Les ventes chutent chaque année et représentent, selon la revue Le Rouge et le Blanc (automne 2021), moitié moins qu’en 2000. Signe qui ne trompe pas, le foncier est en berne. La Safer, qui recense le prix des terres, estime à 30 000 euros l’hectare de vigne à Sauternes, soit dix fois moins qu’un hectare à Saint-Emilion, deux fois moins que des vignes autour du mont Brouilly, dans le Beaujolais. Pour qui veut investir, donc, le sauternes n’est vraiment pas cher.

3. Le sauternes est sucré

Voilà au moins une idée reçue qui est vraie. Mais pour combien de temps ? Les finances des domaines sont fragiles, et incitent à explorer d’autres pistes. L’une d’elles est de produire, en marge du liquoreux, une petite part de vin blanc sec. Avec des raisins ramassés plus tôt. Plus facile à produire, avec un meilleur rendement, l’affaire est intéressante. Même si le vin est moins valorisé, il assure une protection, un parachute en cas d’année compliquée pour les vendanges tardives. Problème, les vignerons ne peuvent pas le vendre sous l’appellation sauternes, dont le cahier des charges exige au minimum 45 grammes de sucre par litre dans la bouteille. L’étiquette affiche pudiquement « bordeaux blanc ». Dommage, car certaines de ces bouteilles sont très liées à leur terroir, ne serait-ce que pour l’importante part du cépage sémillon qui la compose. Alors, créer une catégorie de sauternes secs ? Le débat déchire le vignoble. Excellent dilemme autour de la définition de l’identité, entre image figée et dessin aux contours mouvants.

4. En cocktail, c’est criminel

Transposé en langage « Top Chef », on pourrait parler de « respect du produit ». Il ne faudrait pas dénaturer une boisson si noble. Sauf que cette noblesse est désargentée et qu’en cocktail, ça fonctionne et ça plaît. Simplement agrémenté de glaçons, ou complété d’un tiers d’eau gazeuse (selon les conseils de la sommelière Laura Vidal), le sauternes se fait léger, rafraîchissant, diablement estival. Moins complexe certes, mais la simplicité qu’il revêt possède d’autres qualités. Il existe des cocktails plus élaborés. Je pense notamment au Sauternes Cup, mariné aux fruits, présenté par Raymond Oliver aux côtés de Catherine Langeais dans « Art et magie de la cuisine », émission de cuisine télévisée, dans les années 1960.

5. Il est le seul grand vin liquoreux

Que nenni ! Chaque région viticole ou presque a ses liquoreux. Les vendanges tardives et sélections de grains nobles en Alsace sont splendides (mais pas forcément moins chères). Dans le Sud-Ouest, monbazillac, jurançon et pacherenc-du-vic-bilh sont des solutions à petit prix. Et il serait dommage d’ignorer, dans la Loire, les coteaux-du-layon, savennières et quarts-de-chaume. Quant au Jura, il offre une sublime alternative avec le rare vin de paille (à ne pas confondre avec le vin jaune), dont les raisins ont été séchés pour concentrer le sucre. Une pensée, enfin, pour les vins doux naturels (muscat-de-frontignan, muscat-du-cap-corse, maury, banyuls, rasteau…), élaborés très différemment, un peu plus alcoolisés, autre continent dans le monde des vins sucrés.

Vignoble et vin de cahors 1650-1850 – Sophie Brenac-LAFON

Ajouter un nouvel article

about:blankSaisissez le titreVignoble et vin de cahors 1650-1850 – Sophie Brenac-LAFON

Des années 1650 au milieu du XIXe siècle, le territoire de production du vin de Cahors connut une période d’expansion et de changements liée au dynamisme du port de Bordeaux. L’espace viticole s’étendit au-delà de la ville couvrant les campagnes du Quercy de part et d’autre du Lot. La croissance démographique enclenchée au XVIIe siècle favorisa les défrichements et la mise en culture de nouvelles terres. Cette tension sur les ressources se retrouve dans les structures foncières caractérisées par une extrême parcellisation. Au XVIIe siècle, la vigne, remarquablement bien implantée, restait une culture secondaire pour la plupart des catégories sociales, puis au cours du XVIIIe siècle, les hommes s’orientèrent massivement vers la production de vin afin de répondre à l’appel du marché. Cet investissement se traduisit par l’encépagement des terres traditionnellement destinées aux céréales et par de meilleurs soins apportés aux vignes. En cherchant à satisfaire une demande extérieure relayée par les négociants des Chartrons, les Quercinois privilégièrent le cépage auxerrois, appelé aujourd’hui malbec, assurant ainsi l’élaboration d’un vin rouge presque noir. Sa commercialisation vers l’Europe du Nord et les Antilles en fit un produit vulnérable au tournant du XVIIIe siècle. Malgré une conjoncture difficile à la fin de l’Ancien Régime, le vignoble poursuivit sa progression dans la première moitié du XIXe siècle. L’omniprésence des activités viticoles conféra une identité spécifique à ce territoire encore réelle aujourd’hui. À la fois vignoble suburbain, populaire et bourgeois, et vignoble paysan, le vignoble de Cahors offre un modèle original qui se différencie de nombreuses régions viticoles étudiées jusqu’alors.

  • Édition : Première édition
  • Éditeur : Publications de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine
  • Support : Livre broché
  • Nb de pages : 472 p.
  • Bibliographie . Notes .
  • ISBN-10 2858926220
  • ISBN-13 9782858926220

Introduction générale, 13
Première partie – Le vignoble de Cahors : terrRRitoire, société, dynamiques
Introduction, 29
Chapitre 1 – Le territoire des vins et du vignoble de Cahors, 31
Chapitre 2 – Propriété et mise en valeur du sol, 65
Chapitre 3 – Dynamiques et géographie du vignoble
Deuxième partie – Essor et identité d’un pays viticole
Introduction, 149
Chapitre 4 – Les exploitations viticoles, 151
Chapitre 5 – Une viticulture traditionnelle en mouvement (1650-1850), 183
Chapitre 6 – Identité vigneronne, 239
Troisième partie – Vins de Cahors : production, consommation, enjeux économiques
Introduction, 297
Chapitre 7 – Produire et consommer le vin, 299
Chapitre 8 – Commercialisation du vin et enjeux économiques, 353
Conclusion générale, 413
Sources et archives, 421
Sources imprimées et bibliographie, 433
Table des abréviations, 457
Table des conversions, 459
Table des matières, 461
Collection « Vins, vignes et civilisations », 469

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100331650&fa=details

Paragraphe

Commencez par la pierre angulaire de tout récit.Taille de policeTaille de policePersonnaliséeLettrine

Des années 1650 au milieu du XIXe siècle, le territoire de production du vin de Cahors connut une période d’expansion et de changements liée au dynamisme du port de Bordeaux. L’espace viticole s’étendit au-delà de la ville couvrant les campagnes du Quercy de part et d’autre du Lot. La croissance démographique enclenchée au XVIIe siècle favorisa les défrichements et la mise en culture de nouvelles terres. Cette tension sur les ressources se retrouve dans les structures foncières caractérisées par une extrême parcellisation. Au XVIIe siècle, la vigne, remarquablement bien implantée, restait une culture secondaire pour la plupart des catégories sociales, puis au cours du XVIIIe siècle, les hommes s’orientèrent massivement vers la production de vin afin de répondre à l’appel du marché. Cet investissement se traduisit par l’encépagement des terres traditionnellement destinées aux céréales et par de meilleurs soins apportés aux vignes. En cherchant à satisfaire une demande extérieure relayée par les négociants des Chartrons, les Quercinois privilégièrent le cépage auxerrois, appelé aujourd’hui malbec, assurant ainsi l’élaboration d’un vin rouge presque noir. Sa commercialisation vers l’Europe du Nord et les Antilles en fit un produit vulnérable au tournant du XVIIIe siècle. Malgré une conjoncture difficile à la fin de l’Ancien Régime, le vignoble poursuivit sa progression dans la première moitié du XIXe siècle. L’omniprésence des activités viticoles conféra une identité spécifique à ce territoire encore réelle aujourd’hui. À la fois vignoble suburbain, populaire et bourgeois, et vignoble paysan, le vignoble de Cahors offre un modèle original qui se différencie de nombreuses régions viticoles étudiées jusqu’alors.

  • Édition : Première édition
  • Éditeur : Publications de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine
  • Support : Livre broché
  • Nb de pages : 472 p.
  • Bibliographie . Notes .
  • ISBN-10 2858926220
  • ISBN-13 9782858926220

Introduction générale, 13
Première partie – Le vignoble de Cahors : terrRRitoire, société, dynamiques
Introduction, 29
Chapitre 1 – Le territoire des vins et du vignoble de Cahors, 31
Chapitre 2 – Propriété et mise en valeur du sol, 65
Chapitre 3 – Dynamiques et géographie du vignoble
Deuxième partie – Essor et identité d’un pays viticole
Introduction, 149
Chapitre 4 – Les exploitations viticoles, 151
Chapitre 5 – Une viticulture traditionnelle en mouvement (1650-1850), 183
Chapitre 6 – Identité vigneronne, 239
Troisième partie – Vins de Cahors : production, consommation, enjeux économiques
Introduction, 297
Chapitre 7 – Produire et consommer le vin, 299
Chapitre 8 – Commercialisation du vin et enjeux économiques, 353
Conclusion générale, 413
Sources et archives, 421
Sources imprimées et bibliographie, 433
Table des abréviations, 457
Table des conversions, 459
Table des matières, 461
Collection « Vins, vignes et civilisations », 469

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100331650&fa=details

“Les raisins de la misère” film documentaire France 3 – jeudi 14 octobre à 22h50

En octobre 2018, la journaliste Ixchel Delaporte publiait “Les Raisins de la misère” aux Éditions du Rouergue.Trois ans plus tard, l’enquête est devenue un documentaire co-réalisé pour la télévision (producteur Jean-françois Lepetit de Flach Film Production). Il sera diffusé le jeudi 14 octobre 2021 à 22h50 sur France 3.

Ce film initie une réflexion complexe sur la main-d’œuvre viticole dans les territoires des châteaux bordelais. Elle mériterait sans doute d’être approfondie par une compréhension plus fine des conditions du droit du travail et de la fiscalité qui s’appliquent sur les exploitations et les emplois saisonniers agricoles en général. Quoiqu’il en soit, ce documentaire montre combien il n’y a pas de grand terroir sans ces hommes et ces femmes qui travaillent au quotidien dans les vignes.

https://www.franceculture.fr/oeuvre/les-raisins-de-la-misere

https://www.flachfilm.com/film/les-raisins-de-la-misere/

Montaigne à Table à l’université Bordeaux Montaigne – Food studies

Lundi 20 septembre de 17h30 à 19h30

Montaigne@table est un espace d’échanges scientifiques et d’initiatives autour des Food Studies à l’Université Bordeaux Montaigne.

Ce projet s’appuie sur les travaux menés depuis plusieurs années par des chercheurs de l’université sur les cultures alimentaires (de la production à la consommation), les représentations, les liens entre alimentation et territoire, l’univers du vin ou les produits de terroir. Il s’inscrit en relation étroite avec les formations qui abordent ces questions et vise à promouvoir les actions communes (séminaires de recherche, réponses à des appels à projets, médiations scientifiques et culturelles, etc.).

Le groupe d’enseignants-chercheurs réuni autour du projet Montaigne@table est guidé par l’envie d’établir un dialogue interdisciplinaire autour de ces objets, d’accroître la visibilité de l’expertise de l’Université Bordeaux Montaigne et de développer les collaborations avec divers partenaires (musées, archives, associations, collectivités locales, monde de l’édition, etc.) dans une thématique qui se situe au cœur des enjeux environnementaux, sociaux, politiques, économiques et culturels d’aujourd’hui.

Ce séminaire de lancement sera l’occasion de présenter plus en détails le projet, d’illustrer son esprit à travers une table-ronde consacrée à « Michel de Montaigne, l’alimentation et le vin » et d’échanger avec tous ceux qui sont intéressés par ces thématiques.

Programmation et intervenants :

  • Présentation du projet Montaigne@table. Les Food Studies à l’Université Bordeaux Montaigne
  • Table-ronde “Regards croisés autour de Montaigne, l’alimentation et le vin” animée par Corinne Marache, professeur d’histoire contemporaine (CEMMC) avec Anne-Marie Cocula, historienne, présidente de l’IGNA (Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine), Violaine Giacomotto-Charra, professeur de littérature et langue française de la Renaissance (TELEM), Stéphanie Lachaud-Martin, maître de conférences en histoire moderne (CEMMC) et Philippe Meyzie, maître de conférences HDR en histoire moderne (CEMMC).
  • Discussions

Publics attendus :

enseignants-chercheurs de l’UBM, étudiants, représentants du monde socio-économiques (collectivités territoriales, institutions culturelles, monde associatif…)

Entre 40 et 50 personnes attendues environ.

Accès libre :  (pass sanitaire obligatoire)

Amphi 1, Université Bordeaux Montaigne

Organisateurs :

Magalie Fleurot  Magalie.Fleurot@u-bordeaux-montaigne.fr

Corinne Marache  Corinne.Marache@u-bordeaux-montaigne.fr

Philippe Meyzie  Philippe.Meyzie@u-bordeaux-montaigne.fr

Raphaël Schirmer Raphael.Schirmer@u-bordeaux-montaigne.fr

Rencontre Hongrie-France à Budapest et à Tokay

Programme scientifique

L’Académie des Sciences de Budapest en Hongrie et l’Université Bordeaux Montaigne nouent un programme scientifique autour de la question des échanges franco-hongrois : échanges matériels (vin, modèles et pratiques viticoles), échanges humains (voyageurs, nobles en exil ou en voyage). En présence de Ferenc Toth, Michel Figeac, Marguerite Figeac-Monthus, Caroline Le Mao et Stéphanie Lachaud.

Il s’agit là de réfléchir à commencer à construire un programme de recherche commun autour des vins liquoreux à l’échelle européenne.

Ville et vin du XVe siècle à nos jours

Nous sommes très heureux de vous annoncer la publication du livre Villes & vin en France et en Europe du XVIe siècle à nos jours, dirigé par Stéphanie Lachaud et Marguerite Figeac-Monthus, aux Presses universitaires de Nouvelle-Aquitaine des éditions La Geste.
Cet ouvrage dresse à partir des territoires français et européens, à des époques différentes, toute une série d’études de cas s’articulant autour de trois axes : la relation entre la ville et son territoire viticole, la place du commerce du vin et enfin, le rôle du contrôle, de la norme et des identités culturelles.
La question de la relation entre l’espace urbain et son arrière-pays viticole, si elle est présente ici par le biais des monographies comparées assez neuves, se pose essentiellement, depuis le XVe siècle, en termes de flux, de transports, de voies de communication et d’intermédiaires humains. Cette union apparaît d’ailleurs sous une multitude de formes, qu’elles soient économiques, avec le développement de maisons de courtage, d’entrepôts ou de chais ; politiques, avec l’établissement de taxes et de règles bien précises ; paysagères avec des édifices dédiés ; culturelles autour de fêtes, de foires ou d’expositions. Au‑delà des échanges économiques immédiats et de l’exportation du vin par la voie maritime, dont le port de Bordeaux est emblématique, ce livre bien illustré montre toute la complexité et les dynamiques des liens qui unissent la ville au vin en France mais aussi en Europe sur le temps long. Le changement constant d’échelles géographiques est important pour comprendre les mécanismes unissant les identités urbaines et viti-vinicoles. Si Bordeaux, Reims, Beaune, Lyon mais aussi Gênes, Porto ou Malaga semblent des cités marquées par une culture du vin entendue au sens le plus large possible, qu’en est‑il d’Épernay, de Dijon, de Cognac mais aussi de Tokaj ou de Kőszeg sans compter des plus petites villes des vignobles du Rhénois ? Ce livre se propose ainsi d’offrir, à travers le temps et l’espace, un panorama presque complet d’exemples variés qui permettent de répondre à ces questions de construction et d’identité des systèmes économiques urbains et viticoles.

Les autrices
Marguerite Figeac-Monthus est professeure d’histoire à l’Université de Bordeaux (INSPE) où elle enseigne. Elle effectue ses recherches dans le cadre du Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain (CEMMC). Elle est spécialiste des questions liées à la vigne et au vin aux XVIIIe-XIXe siècles.
Stéphanie Lachaud-Martin est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne depuis 2012. Elle est membre du CEMMC. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs sur l’histoire de la vigne et du vin. Ses travaux portent également sur les enjeux économiques du monde du vin et d’autres aspects du monde rural aquitain, avec des travaux sur les courtiers, les petites écoles rurales, la médecine, les paysans et le cadre de vie.

Ville & Vin – En France et en Europe du XVe siècle à nos jours
Prix : € 29,00
Année d’édition : 2021
Format : 19.3 x 26 cm
Isbn : 979-10-353-1081-3
Nombre de pages : 315
Éditeur : La Geste

http://www.gesteditions.com/puna/ville-vin-en-france-et-en-europe-du-xveme-siecle-a-nos-jours

Prix de l’oiv 2019 – Petits vignobles

Le 17 juillet 2019 à Genève, le Jury International de l’OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) a primé, dans la Catégorie Histoire, l’ouvrage Les petits vignobles. Des territoires en question (Moyen Âge-XXIe s.), dirigé par Stéphane Le Bras (CHEC-Université Clermont Auvergne) et préfacé par Laurent Jalabert (ITEM-UPPA).

Publié aux https://pufr-editions.fr/produit/les-petits-vignobles/ Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François Rabelais, les petits vignobles y sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Cet ouvrage permet de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit », de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Le petit est à la mode. Renvoyant à des conceptions et à des considérations qui rejoignent les préoccupations contemporaines de souci du bien-être, du respect de l’équilibre environnemental ou de la valorisation des circuits courts, il s’apparente à une recherche de l’authentique et du sain. Pourtant, dans la filière vitivinicole, l’adjectif «petit» a pendant longtemps été associé à une image dépréciée, celle des petits vins, des petits propriétaires, des petits vignobles. Jusqu’à il y a encore peu de temps, immanquablement et invariablement, ils se heurtaient à la renommée des grands territoires viticoles, la puissance des grands propriétaires et surtout la qualité des grands crus. Ainsi, alors qu’actuellement dans le sillage d’une partie des acteurs de la filière tenants du Small is beautiful, le petit se voit réhabilité, cet ouvrage vise à réévaluer, à travers les sciences sociales, la perception, la place et les mutations des petits vignobles.

Première étape dans une réflexion plus globale, il investit et questionne la notion même de «petit» pour proposer d’appréhender le monde vitivinicole par le biais des petits vignobles français. En en montrant les discontinuités conceptuelles et la permanence des singularités de l’époque médiévale à nos jours, il met en lumière les spécificités de territoires qui permettent de mieux cerner l’organisation du marché, les logiques spatiales et la diversité des pratiques viticoles en France. Au total, en décentrant le regard, les petits vignobles assurent une relecture de la viticulture nationale sur le temps long.

Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche « Petits vignobles aquitains » porté par Laurent Jalabert et Stéphane Le Bras (Financé par la Communauté d’agglomération de Pau, la Région Nouvelle Aquitaine (Liquoreux) et des partenaires privés par le biais de la chaire HCP (Vignerons de Buzet, Armagnac Dartigalongue), ce projet de recherche propose d’étudier de petits territoires viticoles du Midi aquitain (Jurançon, Irouléguy, Madiran, Buzet, Tursan), en les comparant à d’autres espaces à l’échelle nationale et internationale.

Ce programme bénéficie d’un partenariat avec la Chaire UNESCO sur le Vigne et le Vin (MSH de Bourgogne) à laquelle appartient l’Université de Pau.

La cérémonie de Remise des Prix a eu le lieu le mardi 15 octobre 2019 à Paris (18h30, Ambassade du Chili).

Table-ronde : La parole aux acteurs du monde du viN. « Contexte marché des vins liquoreux »


Mardi 3 septembre 2019, Château de Rayne-Vigneau 33210 BOMMES

  1. Question de Stéphanie Lachaud : Diriez-vous que le marché connaît actuellement une forme de crise ou, au contraire, pensez-vous que ce terme soit trop alarmiste ? Difficultés que vous identifiez ? Quel regard portez-vous sur les conditions actuelles du marché des vins liquoreux ? Comment les liquoreux pourraient‑ils prendre plus d’importance sur la place de Bordeaux ?
Continuer la lecture de Table-ronde : La parole aux acteurs du monde du viN. « Contexte marché des vins liquoreux »

Salon Vinitech Sifel, 22 novembre 2018 à Bordeaux

Communiqué de presse

Vins liquoreux de Bordeaux : entre richesse aromatique et crise de consommation, quels profils sensoriels privilégier ?

Le jeudi 22 Novembre lors du salon Vinitech Philippe Darriet et Éric Giraud-Héraud ont organisé un séminaire concernant les résultats de travaux récents conduits à l’Institut des Sciences de la Vigne du Vin (ISVV) de l’Université de Bordeaux sur les vins doux et liquoreux de Bordeaux. Ces travaux incluaient études historiques, sensorielles et d’économie expérimentale en mettant des consommateurs face à différents profils de vins.

Continuer la lecture de Salon Vinitech Sifel, 22 novembre 2018 à Bordeaux

Développement, patrimoine et réputation des vins blancs doux et liquoreux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search